Il était l’un des jeux les plus attendus de l’année. Il est enfin sorti il y a quelques semaines et il éclate tout sur son passage ! On parle bien sûr d’Elden Ring, le dernier né des studios From Software. Ces derniers, créateurs de Demon’s souls, de la trilogie Dark souls et des jeux redoutables tels que Bloodborne et Sekiro. Attendu par beaucoup et redouté par certains, Elden Ring trimballe la réputation du studio dans son savoir-faire pour nous proposer des jeux exigeants et extrêmement complexes. Pour la première fois, le studio japonais, crée par Hidetaka Miyazaki, bouscule ses habitudes pour nous offrir un open world dans l’esprit des Souls.

Pour la petite histoire, Elden Ring se déroule dans le royaume de l’Entre-terre, quelque temps après la destruction du Cercle d’Elden et la dispersion de ses fragments, les runes majeures. Autrefois honoré par la présence du Cercle et de l’Arbre-Monde, le royaume est maintenant gouverné par les descendants demi-dieux de la reine Marika l’Éternelle. Chacun d’entre eux possède un éclat du Cercle d’Elden qui a le pouvoir de les corrompre et de les empoisonner. Le joueur incarne un ‘Sans-éclat’, un exilé de l’Entre-terre qui a perdu la grâce du Cercle. Rappelé après l’Éclatement, le joueur doit traverser le royaume pour trouver toutes les runes majeures, restaurer le Cercle d’Elden et devenir le Seigneur d’Elden. Aidé par George RR Martin (le créateur de Game of Thrones) pour la création du monde de l’entre terre, terrain de jeu du sotf, From Software bouscule les codes établis dans ses autres licences tout en conservant l’ADN qui les rendait si unique.

Est-ce qu’Elden Ring est aussi difficile que ses prédecesseurs ? Attirera-t-il des nouveaux venus qui étaient rébutés par la difficultés des jeux From Software ? 3 de nos chroniqueurs ont goûtés au plaisir de l’Entre terre. Ils ont ainsi essayé de dompter la créature. Leurs récits vous sont comptés dans les lignes suivantes.

Elden Ring

L’entrée de “Leyndell, Royal Capital”

Nicolas :

Étant un fan invétéré des Souls mais aussi de Bloodborne et Sekiro, c’est avec une impatience non dissimulé que j’attendais la sortie du jeu. J’y joue depuis sa sortie et je n’ai pas laché la manette depuis. Pour info, les lignes qui vont suivre ne reflètent pas un test complet du jeu. Je ne suis pas encore arrivé au bout ! C’est plus un ressenti de mon expérience avec Elden Ring.

Mon Dieu !! Quelle expérience !!! Comme je l’ai dit, j’ai joué à presque tous les From Software. D’ailleurs, les mécaniques de ce style de jeu n’ont plus de secret pour moi. Du moins je le pensais. Mais je ne pensais pas vivre ce qu’Elden Ring me procure comme sensation. De temps en temps, il y a un événement qui chamboule tout ce que vous pensiez savoir dans un domaine. Elden Ring est une expérience de ce genre.

Tout d’abord, le fait que le jeu soit un « Open World » m’avait fait douter. Contrairement à The Witcher 3 ou Horizon Zero Dawn – que j’adore – Elden Ring n’est pas un style que je raffole. Il faut y investir pas mal de son temps. Mais dès que j’ai commencé à entrer en profondeur dans le monde de l’Entre terre, une chose m’a complètement éblouie : LA liberté que procure le titre.

Si Assasin’s Creed ou même Horizon,  vous indique les quêtes qui sont disponibles à l’aide d’une carte et des marqueurs, Elden Ring fait les choses autrement. Il vous laisse le plaisir de découvrir les trésors que recèle son univers. Ce qui donne un cachet immersif et percutant au  jeu. La map est immense. Chaque endroit est défini par une identité propre. On pourra regretter un scénario beaucoup plus détaillé.

Toutefois,  l’histoire est raconté à travers les décors grâce à une direction artistique magistrale. Elden Ring est beau. Certes le moteur graphique n’est pas aussi impressionnant qu’un Horizon Forbidden West mais la diversité de son univers et des créatures qui y vivent donnent un aspect vivant à votre périple. Il m’est arrivé, plusieurs fois, d’avoir la machoire décroché avec un nouvel environnement que je viens de découvrir. Encore une fois, le plaisir de la découverte est totale !!!

En terme de gameplay, certains diront qu’il est plus accessible que les Souls etc.. Oui et non. Oui, son monde offre des possibilités et des alternatives. Si vous êtes coincés dans un endroit trop dûr ou si un boss vous malmène la vie, il ne faut pas perdre espoir. L’ingéniosité d’Elden Ring réside dans la possibilité de contourner un obstacle à travers des chemins alternatifs. Par exemple, vous pouvez éviter un boss coriace et y revenir lorsque vous avez le niveau pour l’affronter. From Software réalise un coup de génie avec cette formule. En effet, il arrive à rendre le jeu plus accessible aux nouveaux venus dans ce type de jeu. Cependant, accessible ne veut pas dire facile. D’ailleurs, le jeu est très punitif par moments. Mais son level design est un modèle à suivre car le jeu est malin dans sa façon de ne jamais frustré le joueur.

Je ne me suis jamais retrouvé bloqué dans le jeu et j’avance constamment à chaque sesssion. Et puis il y a pas plus grand plaisir que de terrasser un boss principal après avoir vécu un combat intense et épique où la transpiration a couler à flots. En tout cas, je vis une experience unique avec ce jeu depuis quelques semaines (Je suis à près de 70 heures de jeu). Une œuvre Magistrale qui nous rappelle notre amour pour les jeux vidéos. Cela, même s’il pèche par une optimitisation un peu approximatif de son moteur. Il fait le buzz avec ses chiffres de ventes pharaoniques et le nombre de joueurs connectés depuis sa sortie. Certes Elden Ring n’est pas le genre de jeu qui plaira à tous mais croyez-moi, vous risquerez d’y prendre un malin plaisir. Bon, sur ce, je retourne dans l’Entre terre en esperant peut être vous croisez lors d’un de mes périples.

Elden Ring

Cedric :

Elden Ring est pour moi une des plus grosses sorties en terme de RPG de 2022. Et nous ne sommes qu’en début d’année ! Avec plus de 12 millions de copies vendues, il est un véritable succès et à attirer pleins de nouveaux joueurs dans le genre. J’ai vraiment hésité avant d’acheter le jeu. En effet, je n’ai jamais été attiré par les ‘Souls like’. Ce type de jeu est tellement difficile que je m’en suis abstenu durant toutes ces années. Mais Elden Ring est différent.

L’univers open-world est la première chose qui m’a attiré. Ensuite le fait que G.R.R.M sois co-auteur, je savais que j’aurais eu droit à un story-telling de génie ! Pour ma première experience en souls game, j’ai opté pour l’Astrologer. En gros, le mage d’Elden Ring pour que je puisse combattre a distance. Je me suis vite rendu compte que la magie est extrêmement OP (over-powered) dans ce jeu. Cela m’a permis d’avancer dans mon aventure avec une certaine aisance, car j’avais l’impression que la difficulté été du coup réduite. Bon, quand on arrive à un certain point dans le jeu – où il faut affronter des boss comme le General Radhan – il faut apprendre les ‘patterns’ de celui-ci. Sinon, à distance ou pas, on se fait vite dézinguer.

Après environ 65 heures de jeu, j’ai terminé la quête principale. Je peux déjà vous dire que la dernière bataille était vraiment intense ! Je suis le genre de joueur qui s’intéresse surtout à l’histoire principale. Du coup, certains pourraient dire que j’ai rush le jeu. Il est vrai qu’il y a certain side quests, comme celle du Volcano Manor, que j’ai complété après avoir fini le main quest. La qualité que l’on développe le plus en jouant à Elden Ring serait, pour moi, la patience et la persévérance ! Quand on arrive plus à avancer, on va ‘farm’ des runes, on ‘level-up’, et on y retourne pour un nouvel essai. C’est d’ailleurs ce qui rends le jeu addictif.

Je ne pensais pas passer autant de mon temps libre (et parfois temps de travail) dans le jeu. J’explore ou je tente de trouver les astuces pour combattre certains boss. La satisfaction que j’ai ressenti en revenant vers certains monstres que je n’arrivais pas à battre en début du jeu, et enfin réussir (après plusieurs tentatives) à les tuer, man it felt good ! Je suis en ce moment a ‘farm’ les différentes armes, sorts et incantations avant de commencer mon ‘new game plus’, une option propre aux souls games. Elle permet de recommencer le jeu avec une difficulté additionnelle. Cela promet ! D’ailleurs, je ne pense pas me lasser aussitôt d’Elden Ring. Si vous êtes comme moi, un newbie, dans ce style de jeu, je vous le recommande fortement. Si j’ai pu le faire, you can do it too!

Elden Ring

Aldo et Nicolas en mode multijoueur sur PlayStation

Aldo :

Après avoir ravivé la Première Flamme en tant que ‘Chosen Undead’, brisé la malédiction dans la peau du ‘Bearer of the Curse’ et enfin éliminé les Lords of Cinder en tant que ‘the Ashen One’, je ressentais déjà le manque de challenge. FromSoftware a su combler le vide ne serait-ce qu’un instant avec l’excellent Sekiro: Shadows Die Twice. Mais rebelotte, Hidetaka Miyazaki a laissé un vide profond en ce fan des Souls Game que je suis. Une longue attente et plusieurs délais plus tard, Elden Ring est enfin sorti et je dois admettre que FromSoftware a frappé au bon endroit.

Comme d’habitude, c’est bourré de Lore par-ci, par-là et bien-sûr, rien ne vous est servi sur un plateau. C’est à vous de partir à la chasse à l’information grâce à l’exposition des personnages non-joueurs, aux descriptions d’objets à collectionner et en explorant l’univers à dos de Torrent. Ce fidèle destrier joue un rôle majeur dans Elden Ring puisqu’il vous donne la capacité de parcourir ‘The Lands Between’. Mais il vous offre également un accès à la verticalité ; du nouveau chez les jeux de FromSoftware.

Fidèle aux œuvres précédentes d’Hidetaka Miyazaki, Elden Ring transpire du Berserk de partout. C’est d’ailleurs cet hommage constant à l’univers de Kentaro Miura qui m’a fait adorer les jeux de FromSoft. Un univers envoutant et magnifique (même sur la PS4 !) où l’on s’y perd des heures à explorer tous les recoins en quête de secrets (et surtout de satanés murs invisibles).

Pas grand-chose à dire sur le gameplay puisque Elden Ring propose la formule gagnante des jeux FromSoft tout en la rendant beaucoup plus « accessible ». Cela dit, il ne faut pas non plus s’attendre à une expérience agréable à la Breath of the Wild : vous allez mourir. Beaucoup. Le seul point ‘négatif’ que je reprocherais à Elden Ring sur mes 80 heures de jeu, c’est qu’il a tendance à recycler certains donjons ainsi que des boss optionnels. Malgré cela, on détient là l’un des potentiels jeux de l’année 2022.