Les nouvelles du métavers : 650 000 dollars seulement pour un super yacht ultra luxueux équipé d’une cabine de DJ, d’une aire d’atterrissage pour hélicoptère et d’un bain à remous, c’est une affaire dans le monde réel, mais qu’en est-il dans le monde virtuel ? L’avenir nous le dira.

C’est à peu près la somme que le nouveau propriétaire du Metaflower Super Mega Yacht a récemment payée! Tout ça pour avoir la possibilité de posséder un luxueux NFT conçu pour The Sandbox. Sandbox est “un monde virtuel où les joueurs peuvent construire, posséder et monétiser leurs expériences de jeu”.

 

Whatever floats your boat

 

Le navire virtuel a été conçu par Republic Realm, une plateforme d’innovation et d’investissement dans les métavers et les NFT. Selon Business Insider, il s’agit du jeton non fongible (NFT) le plus cher jamais vendu dans le Sandbox.

Au début du mois, quelqu’un a déboursé près de 2,5 millions de dollars pour une parcelle de terrain numérique sur Decentraland, un autre métavers.

Comprendre cette situation est un défi en soi, qui dépend essentiellement de la façon dont on définit le métavers.

Certains considèrent que le métavers n’est guère plus qu’un monde virtuel persistant. Il en existe d’ailleurs au moins depuis la création de Second Life en 2003. Des interprétations plus récentes considèrent le métavers comme une itération tridimensionnelle de l’Internet qui est plus impliquée qu’un simple jeu vidéo. Mais les deux sont-ils vraiment différents, du moins à ce stade ? En ce sens, en quoi tout cela est-il nouveau ? Les gens achètent des biens virtuels dans les jeux depuis des années. Tout d’un coup, c’est branché et cool de le faire, et de surpayer pour des objets insignifiants ?

À ce stade, il y a sans doute plus de questions que de réponses sur le métavers et son évolution, ou non. Y aura-t-il un métavers central, comme l’Internet traditionnel, ou plusieurs petites plateformes qui encourageront les utilisateurs à choisir leur camp ?

Suivez nous ici pour plus de news techno!